Outils

Index des noms d'artistes  

 
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

M

MAC AVORY
MAC KINNON, Sine Fordham
MAC LAUCHLAN, Milne
MAC LAUGH
MAC MULAN
MAC TAGGART, William
MACKINTOSH, Charles Rennie
MACKMURDO, Arthur Heygate
MAITRE ORFEVRE: C.F.
MAITRE ORFEVRE: G.F.
MAITRE ORFEVRE: J.A.
MANCHESTER, MANUFACTURE Grande-Bretagne
MANN, Alexander
MANN, Harrington
MANN, Kathleen
MANSON, James Bolivar
MANUFACTURE GRANDE-BRETAGNE
MARLOW, William
MARSHALL, Thomas William

MARTIN, John

Né en 1789, John Martin est un artiste qui n'est pas passé par la Royal Academy. Il travailla tout d'abord chez un carrossier, puis comme peintre sur porcelaine. Ses premiers envois à la Royal Academy datent de 1812: en 1813, il s'agit de Sadak à la recherche des eaux de l'oubli, en 1821, du Festin de Balthazar, son premier grand succès officiel. En 1824, il entame sa série de gravure sur Le Paradis Perdu. En 1834, il expose au Louvre Le Déluge. La place importante de Martin dans la culture française est certes en rapport avec son oeuvre de graveur et de peintre exposant au Salon, mais elle est surtout liée au rôle qu'il joue dans l'imaginaire romantique français. Sa reconnaissance fut probablement la plus affirmée de tous les peintres anglais: en 1829, Charles X lui remet la médaille d'or. Le peintre reconnaissant lui dédie l'année suivante sa Chute de Ninive, qu'il expose en 1830 au Salon de Paris, à contretemps politique, et en 1831 la Chute de Babylone. Louis-Philippe ne lui tient pas rigueur pour la précédente dédicace à Charles X et lui remet en 1835 la médaille d'or pour l'huile du Déluge. En 1836, c'est au tour des Bonaparte d'honorer l'artiste. Enfin, sous le Second Empire, Louis-Napoléon propose qu'il entre à l'Institut et reçoive la Légion d'Honneur. Théophile Gautier, lors d'une de ses visites au Salon, dit de Martin qu'il a "le cauchemar de l'infini": il use des gravures de Martin pour créer les décors de ses nouvelles. Nombreuses sont les références à John Martin que l'on peu relever dans la littérature française, mais aussi dans les décors des théâtres.

MATH WEB, Mme
MAUGHAM-BELDY, Mrs
MAY, Philip
MAYET, Pierre
MAYET, S
Mc EVOY, Ambrose
McBEY, James
MELTON PRICE
MELVILLE, Arthur
MERCIER, Philippe
MERCIER, Philippe (attribué à)
METHVEN, Lord
MIDDELTON-JAMESON
MIDDLETON, Stanley
MIEREVELT, Michiel van (Copie)
MIGRON, G.F.
MILLAIS, Sir John Everett
MILLET, H. (attribué à)
MILLINGTON, James Heath
MILNER-KITE, Joseph
MINTON, Manufacture GRANDE-BRETAGNE
MOGFORD, John II
MONAMY, Peter
MONTAGUE, Alfred
MOORE, Henry
MORGAN, Edith
MORLAND, George
MORLAND, George (attribué à)
MORLAND, George (d'après)
MORRICE, James William
MORRIS, Marshall - FAULKNER & Co.
MORTIMER, John Hamilton
MORTLAKE, manufacture royale GRANDE-BRETAGNE
MORTLOCK, Ethel
MOSSES, Alexander
MOTTEZ, Henri-Paul
MUCHTER (ECOLE ANGLAISE ?)
MUIRHEAD, David
MUIRHEAD, John
MULLER, William James
MULREADY, William
MULREADY, William (attribué à)
MURPHY, Denis Brownell et MUSS Charles
MUSS, Charles
MYCOCK, William S. CRANE, Walter BURTON, William Manufacture Manchester GRANDE-BRETAGNE