Collection

Le projet  

 

Le projet

Même si elle reste à parfaire, la base de données D’outre Manche a pour objectif de faire connaître au public un ensemble d'œuvres qui était pour beaucoup d’entre-elles méconnues, inconnues, mal identifiées. Elle permet surtout de mesurer l’ampleur des collections françaises d’art britannique. Elle sera un outil qui se perfectionnera régulièrement au cours des mois et années prochains.

Ce projet a été lancé à la suite de la tenue au Louvre en 1994 de l'exposition D'outre-Manche. L'Art britannique dans les collections publiques françaises qui avait présenté les premiers résultats de notre collecte. Depuis, nos connaissances se sont enrichies et les collections publiques elles-mêmes ont pu s'accroître par des acquisitions parfois spectaculaires, à la faveur d'un intérêt constant pour l'art britannique dans notre pays.

Le présent catalogue est le fruit du travail d’une équipe française, Marie-Alice Seydoux, Camille Dorange, Guillaume Faroult et moi-même. Ce catalogue en ligne regroupe près de 3000 oeuvres d'artistes britanniques réalisées avant 1940, de tous les domaines (hormis la gravure et la photographie), et appartenant aux collections publiques françaises. Chaque œuvre est présentée sous la forme d’une fiche individuelle contenant les rubriques suivantes : titre, artiste, technique, dimensions, numéro d'inventaire, mode d’acquisition, bibliographie et historique des dépôts. Chaque fois que les droits de reproduction le permettent, l'œuvre a été reproduite. Le lieu de conservation est précisé avec un lien vers le site internet du musée détenteur et des photographies de l’institution.

A ce catalogue s’ajoute des études historiques et thématiques sur l’art britannique et ses relations avec la France ainsi qu’une bibliographie française sur le sujet, une sélection d'œuvres significatives, une chronologie et différents renseignements biographiques.

Vouloir appréhender l'art sous l’angle de la nationalité entraîne forcément des questions de définition. Que recouvre le terme d’artiste britannique ? Dans le cas présent nous avons tenu à donner la plus large acception à cet adjectif. On y trouvera donc les actuels Anglais, Ecossais, Gallois, Irlandais, mais aussi tout ceux qui à un moment ou un autre ont fait partie du Commonwealth, comme les Australiens, les Canadiens, les NéoZélandais, tous ceux donc qui ont fait partie de l’Empire. La base repose sur une acceptation large du statut de britannique : les artistes nés dans un pays du Commonwealth de parents d’origine britannique, les artistes nés à l'étranger de parents britanniques, ainsi que les artistes immigrés ayant vécu pendant une longue période dans ces pays. Dans la mesure du possible, les noms propres ont été gardés dans leur langue d'origine.

Cela fait plus de quinze ans que cette base a été initiée. C’est à beaucoup de mes collègues britanniques et américains que je dois l’identification, l’attribution de certaines œuvres. Leur générosité, leur accueil a toujours été pour moi une grande source de plaisir, et l’origine d’une profonde gratitude. Cette base et cet inventaire sont un hommage que nous sommes heureux de faire à la communauté des historiens de l’art britannique. Il est aussi pour le grand public le témoignage de la richesse des échanges franco-britannique et du goût séculaire des français pour l’art de leurs voisins. Cette base rappelle enfin aux visiteurs français la diversité de leur patrimoine, fut-il britannique.

J'espère aussi que ce travail permettra de nouvelles découvertes au sein des collections publiques françaises qui, pour certaines, demeurent méconnues. Et que de nouveaux enrichissements de nos collections viennent encore témoigner de la qualité et du dynamisme des échanges artistiques de part et d'autre du "Channel".


Olivier Meslay