Chefs d'œuvre

Recherche simple et avancée dans la base de données des œuvres  

 

Photo RMN - © Michèle Bellot


Lieu de conservation

Paris, musée du Louvre, Département des Peintures

© Musée du Louvre - Marie-Alice Loiseau

Expositions

Londres, Royal Academy, 1800, n°28

La peinture britannique de Gainsborough à Bacon, Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, 1977, n°32.

Portraits du Louvre, chois d'oeuvres dans les collections du Louvre, Tokyo, Musée d'Art Occidental, 18 septembre - 1 décembre 1991, n°120.

Yale, 1993, n°8

D'Outre Manche, l'art britannique dans les collections publiques françaises, Paris, musée du Louvre, Hall Napoléon, 1994, n°26

Des mécènes par milliers: un siècle de dons par les amis du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 21 avril - 21 juillet 1997, n° 404.

Between enlightnment and sensibility. The English children's portrait and its emulation in Europe, Francfort, Stadelsches Kunstinstitut, 19 avril - 15 juillet 2007, Londres, Dulwich Picture Gallery, 2 aour - 4 novembre 2007, n °.

LAWRENCE, Sir Thomas

Bristol, 1769 - Londres, 1830

Les enfants de Ayscoghe Boucherett

Portrait of the children of Ayscoghe Boucherett

Huile sur toile

H. : 1, 95 m.; L. : 1, 46 m.

Paris, musée du Louvre, Département des Peintures

RF 1975-23

Peinture

Probablement vendu par la famille à partir de 1890, en même temps que les autres portraits d'Angerstein Colnaghi's, 1893 Collection Mrs Arthur James, par héritage à Lady Carew-Pole. Collection Antenor Patino Vente, Sotheby's, Londres, 12 juillet 1967, n°90 Acquis grâce à la Société des Amis du Louvre, 1975

18e siècle


Commentaires

"Ce portrait des quatre enfants fut exposé en 1800 à la Royal Academy sous le titre Le petit orateur, évoquant ainsi le geste du plus jeune qui lève les bras comme dans une joute oratoire, distraitement écouté d'ailleurs par son frère et ses soeurs ainées. Ascoyghe Boucherett, marié à Emilia, belle-fille de John-Julius Angerstein, fut membre du parlement, représentant NorthWillingham dans le Lincolshire. Ce sont leurs enfants que nous voyons ici: Emilia Mary (1790-1874), Ascoyghe (1791-1857), Juliana († 1861), et Maria (1797-1867). Lawrence réussissait parfaitement à concilier la bonne grâce des enfants lors des séances de pose, ce qui lui valait quelque succès." Extrait de Olivier Meslay, Arlette Serullaz, Barthélémy Jobert, cat. exp. D'Outre-Manche, l'art britannique dans les collections publiques françaises, Paris, Musée du Louvre, 19 septembre - 19 décembre 1994, éd. de la RMN, 1994, p.64, n°26


Bibliographie

Kenneth Garlick, "les enfants de John Angerstein par Lawrence", La Revue du Louvre et des Musées de France, 1977, n°1, p. 19-21

Isabelle Compin, "Note en marge du nouveau catalogue sommaire des peintures du Louvre. Ecole britannique", La revue du Louvre et des Musées de France, 1981, n°5/6, p. 348-350 et p.357-358.

A. Brejon de Lavergnee et D. Thiebault (dirs), Catalogue Sommaire Illustré des Peintures du Musée du Louvre. T. II: Italie, Espagne, Allemagne, Grande-Bretagne et divers. Paris, 1981, p.87.

Kenneth Garlick, Sir Thomas Lawrence. A Complete catalogue of the oil paintings, Oxford, Phaidon, 1989, p. 155-156, n° 120

Michel Laclotte, Geneviève Bresc-Bauthier, cat. exp. Portraits du Louvre, chois d'oeuvres dans les collections du Louvre, Tokyo, Musée d'Art Occidental, 18 septembre - 1 décembre 1991, n°120, p. 210.

Olivier Meslay, Arlette Serullaz, Barthélémy Jobert, cat. exp. D'Outre-Manche, l'art britannique dans les collections publiques françaises, Paris, Musée du Louvre, 19 septembre - 19 décembre 1994, éd. de la RMN, 1994, p.64, n°26

Cat. exp., Des mécènes par milliers: un siècle de dons par les amis du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 21 avril - 21 juillet 1997, éd. de la RMN, n° 404, p. 308.