Collection

L'art des Etats-Unis en France jusqu'en 1940  

Formation artistique à Paris

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, un séjour à Paris était quasiment obligatoire pour les artistes américains en herbe. Paris était reconnue comme la capitale internationale de l'art, le centre des mouvements artistiques d'avant-garde les plus raffinés. Un peu plus tôt dans le siècle, la plupart des artistes américains n'avaient pas les moyens culturels et financiers d'étudier à l'étranger, mais dès la fin de la guerre de Sécession, les États-Unis jouirent d'une richesse et d'une influence internationale sans précédent. Des mécènes américains arrivèrent en France, où ils dépensaient bien plus largement qu'auparavant. Les étudiants en art américains commencèrent à venir en masse à Paris ; dans les écoles d'art parisiennes, ils apprirent à créer des œuvres qui plaisaient à la fois aux européens et aux collectionneurs américains dont les goûts avaient évolué. Beaucoup de jeunes artistes et architectes étudièrent avec des professeurs comme Jean Lefebvre ou Alexandre Cabanel à l'École des Beaux-Arts de Paris. Mary Cassatt, qui arriva à Paris dans les années 1870, étudia avec Jean-Léon Gerôme et Thomas Couture. A peu près en même temps, John Singer Sargent étudiait dans l'atelier du célèbre portraitiste Carolus-Duran. La fréquentation du Louvre tenait une place importante dans cette formation puisqu'elle permettait aux artistes d'entrer directement en contact avec les oeuvres des grands maîtres. Nombreux furent ceux qui s'adonnèrent à la copie pour accroître leur culture visuelle et la sûreté de leur geste. Certains artistes ne sont jamais vraiment retournés dans leur pays natal après ces années passées à l'étranger : James MacNeill Whistler et Walter Gay, entre autres, passèrent plus de temps en Europe qu'aux États-Unis. Mais même les artistes que l'on associe à des thèmes spécifiquement américains suivirent une formation artistique à Paris : Thomas Eakins étudia dans l'atelier parisien de Gérôme de 1866 à 1870 ; Winslow Homer passa l'année 1867 à Paris, où il peignit des paysages. Cette tendance s'est maintenue jusqu'au début du XXe siècle ; même le célèbre peintre régionaliste Thomas Hart Benton étudia à l'Académie Julian entre 1909 et 1913.

L'art américain de la fin du XIXe et du début du XXe siècle fut profondément façonné et influencé par la formation académique que suivirent à Paris presque tous les artistes américains de cette époque.