Collection

L'art des Etats-Unis en France jusqu'en 1940  

“L'école américaine”

Existe-il une "école américaine" ? Pendant tout le XIXe siècle en France, l'existence d'une telle école était considérée comme suspecte. Paris était depuis longtemps proclamé le centre international de l'art et de la culture ; en conséquence, peut-être, les Français avaient-ils tendance à considérer la peinture étrangère comme intrinsèquement inférieure. Cette situation commença à changer vers la fin du XIXe siècle : la nouvelle prospérité des Etats-Unis et la mobilité accrue des artistes firent que la présence américaine dans la communauté artistique française semblait moins incongrue. Les œuvres américaines présentées dans le cadre de l'Exposition Universelle de Paris en 1889 témoignent d'une volonté d'attribuer une valeur propre à d'autres écoles nationales. Mais ce n'est qu'en 1922 qu'une nouvelle annexe du musée du Luxembourg ouvrit ses portes précisément pour exposer des œuvres des “écoles étrangères.”

L'art américain du XIXe siècle se caractérise par son éclectisme stylistique. La production des artistes américains de cette période est si variée qu'il est impossible de distinguer une seule voie qui serait représentative d'un style national. Au début du XXe siècle, les artistes commencent à identifier et à développer un tel style, mais ses qualités précises restent controversées. Beaucoup d'artistes et de critiques de l'époque sont d'avis que les caractéristiques d'un style américain sont le descriptif et le réalisme. Des artistes du mouvement régionaliste ou de l'Ashcan School s'inspirent en effet d’œuvres réalistes de leurs prédécesseurs du XIXe siècle, comme Winslow Homer ou Thomas Eakins. Mais une telle conception de l'héritage artistique américain est extrêmement restrictive. En réalité, le réalisme n'est qu'une tendance parmi tant d'autres dans l'art américain de la fin du XIXe siècle.

L’existence d’un style américain propre est une idée qui perdure au cours des premières décennies du XXe siècle, atteignant son apogée dans l'après-guerre quand les artistes associés au mouvement de l'expressionnisme abstrait font irruption sur la scène internationale. Promu à l'étranger par le gouvernement américain, l'expressionnisme abstrait connaît un succès populaire aussi fulgurant en Europe qu'aux États-Unis, dominant les marchés, les musées et les collections dans une grande partie du monde.

La base de données La Fayette couvre une période qui s’achève en 1940 ; elle permet ainsi de regrouper des œuvres d’époques et de styles moins connus dans l'histoire de l'art américain. Les œuvres de 1620 à 1940 sont d'une puissance plastique et d'un éclectisme impressionnants ; Regroupées dans cette étude, on en perçoit mieux l’assimilation d’un vocabulaire artistique européen en même temps qu’une forte identité. Les œuvres de ces artistes qui ont mis un océan entre leur pays d’origine et cette terre de France rayonnent de part et d’autre de l’Atlantique.