Chefs d'œuvre

Recherche simple et avancée dans la base de données des œuvres  

 
 
 
 
 
 
© Musée du Louvre - Marie-Alice Seydoux-Loiseau

Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, membre du réseau FRAME

Lien vers le site web

Expositions

Londres, West Gallery, 1926-28, sans n°;

Angelica Kauffmann und ihre Zeitgenossen, Bregenz, Vorarlberger Landesmuseum, Vienne, Osterreichisches Museum für Angewandte Kunst, n°477;

Peintures du dix-huitième siècle au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Paris, galerie Cailleux, Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, n°46;

La peinture britannique de Gainsborough à Bacon, Bordeaux, galerie des Beaux-Arts, 1977, n°60;

D'Outre-Manche, l'Art Britannique dans les collections françaises, Paris, Musée du Louvre, Hall napoléon, 1994, n°53.

Pas la couleur, rien que la nuance!Trompe-loeil et grisailles de Rubens à Toulouse-Lautrec, Toulouse, Musée des Augustins, 15 mars - 15 juin 2008, n°42

WEST, Benjamin

Springfield, Pennsylvania, 1738 - Londres, Grande-Bretagne, 1820

Les Lèvres d'Isaïe purifiées par le Feu dit aussi, L'ange de Jacob purifiant les lèvres d'Isaïe, L'appel du prophète Isaïe. The lips of Isaiah purified by the Fire, also known as The Angel of Jacob purifying Isaiah's lips or The call of the Prophet Isaiah

Bx 1966 12 2

1782

Huile sur toile

H: 0, 93 m.; L: 0, 36 m.

Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, membre du réseau FRAME

Signé, daté en bas à gauche: B. West 1782.

Peinture

De 1620 à 1787


Historique

Offert avec son pendant en 1826 par les fils de Benjamin West à la nation américaine, mais refusé. Vente Robins, Londres, 22-25 mai 1829, n°126, acheté par Renton. Vente Christie's Londres, 8 juillet 1927, n°96 pour la paire achetée par la Comtesse de La Béraudière pour 30 guinées. Acquis en 1966, au marché Biron, Saint-Ouen, par B. Chesnais, Paris. Achat de la Ville de Bordeaux à B. Chesnais, 1967.


Commentaire

Peintre de Georges III, West reçut en 1780 la commande du décor de la chapelle royale du château de Windsor. Le premier projet, élaboré avec l'architecte William Chambers, qui concernait vraisemblablement l'ancienne chapelle du XVIIème siècle dessinée par Hugh May, comprenait près de vingt-six peintures sur les thèmes de l'Ancien Testament. En 1796, Chambers fut remplacé par James Wyatt et en 1801, West, qui avait déjà réalisé dix-huit tableaux, recevait l'ordre de suspendre son travail et le projet s'arrêta définitivement. L'ensemble déjà réalisé reste cependant un magnifique témoin de l'art religieux protestant en Angleterre à cette époque où s'annonce déjà le préraphaélisme du XIXe siècle. Ces deux études préparatoires (Bx 1966 12 2 et Bx 1966 12 3) ont été réalisées par West pour orner l'extérieur d'un triptyque non prévu dans le projet initial représentant Moïse recevant les tables de la Loi. La présence des prophètes dans ce décor vient appuyer la notion d'alliance de Dieu avec son peuple exaltée par la représentation de Moïse. L'épisode des lèvres d'Isaïe purifiées par le feu correspond à une vision du prophète décrite dans le Livre d'Isaïe (Is 1-7) tout comme Jérémie voit une branche d'amandier fleurie illustre la première vision du prophète (Je I, 11). Le peintre exploite dans ces esquisses de façon très libre plusieurs sources d'inspiration distinctes... l'Antiquité, la peinture romaine du XVIIe, entre autre, avec une force expressive intensifiée par le format vertical. Dans les deux oeuvres achevées, demeure, magnifié par la couleur, le sentiment du sublime perceptible ici. Les lèvres d'Isaïe purifiées par le feu a été acquis avec six autres éléments du décor par le Bob Jones University, Museum and Gallery (Greenville, Caroline du Sud) en 1963 tandis que le tableau de Jérémie est visible dans l'église saint Martin de Laugharne au Pays de Galles. MAS - 29 décembre 2009


Oeuvres en rapport

La pendant de ce tableau, Jérémie voit une branche d'amandier fleurie, est aussi dans la collection du Musée des Beaux-Arts, Bordeaux (Bx 1966 12 3).


Bibliographie

Original designs in Chiaroscuro for the large pictures which were painted for his late Majesty Chapel in Windsor Castle (S.D.), n°141;

B. Jones, Revealed Religion, a serie of paintings by Benjamin Westin the War Memorial chapel, Greenville, Bob Jones University, South California, 1963;

G. Martin-Mery, "Les enrichissements du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux", La revue des Musées de Bordeaux, 1967, p. 41 et p. 50;

"La Chronique des arts", Gazette des Beaux-Arts, Paris, février 1968, p.13, n°42;

G. Martin-Mery, " Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, dix ans d'enrichissement et d'activité, La Revue du Louvre, Paris, 1968, n°4-5, p.275 et 277;

J.D. Meyer, "Benjamin West's Chapel ol revealed Religion: A Study in Eighteenth Century Protestant Religious Art", The Art Bulletin, juin 1975, vol. LVIII, n° 2;

R.A. Youle, "Benjamin West inspirationof the prophet Isaiah", The Register, The University of Kansas Museum of art, 1976, repr.;

J. Dillenberger, Benjamin West, the contex of his life's work with particular attention to paintings with religious subjects matter, San Antonio, 1977, p. 56-58, repr. n°34, , p. 212;

D. Evans, Mather Brown, Early american artists in England, Wesleyan University press, Middleton Connecticut, 1980, repr.;

H. Van Erffa, A. Staley, The paintings of benjamin west, 1986, n°284;

La peinture britannique de Gainsborough à Bacon, Galerie des Beaux-Arts, Bordeaux, 1977;

R. Rapetti, Ph. Le Leyzour, Le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux: Guide des collections, Bordeaux, 1987, p. 46-47;

Allen Staley, Benjamin West, American painter at the English Court , June 4th - August 20th,1989, Baltimore, Baltimore Museum of Art, 1989.

D'Outre-Manche, l'art britannique dans les collections publiques françaises, Musée du Louvre - hall Napoléon, 1994.

Axel Hémery, cat. exp. Pas la couleur, rien que la nuance! Trompe-l'oeil et grisailles de Rubens à Toulouse-Lautrec, Toulouse, Musée des Augustins, 15 mars - 15 juin 2008, n°42, p. 124.

Emily Ballew Neff, Martin Postle, American adversaries : West and Copley in a transatlantic world, Houston : The Museum of Fine Arts, Houston, 2013.