Collection

Recherche simple et avancée dans la base de données des œuvres  

 
 
 
 
© Musée du Louvre - Marie-Alice Seydoux-Loiseau / Gabrielle Gopinath

Blérancourt, Musée franco-américain du château de Blérancourt

© Photo Château de Blérancourt - M. Poirier

Lien vers le site web

DAVIDSON, Jo

Né aux Etats-Unis dans une famille juive d'origine russe, Jo Davidson commence ces études artistique à New York sous la direction de Brush et de Mac Neil. En 1907, il prend le chemin de ces compatriotes artistes, s'embarque pour la France et l'Ecole des Beaux-Arts mais, déçu par l'enseignement qu'il y reçoit s'en écarte au bout de trois mois. Il fréquente alors le Salon des Indépendants, rencontre les fauves, les post-impressionistes et découvre à leurs côtés une liberté de création qui comble ses espérances. Il bénéficie alors du mécénat de Harry Payne Withney et de sa femme Gertrude Vanderbilt. Il vécut quelques temps chez son beau-frère à Céret, où il côtoya Picasso, Juan Gris, Kisling, Manguin Othon Friesz et sans doute Frank Burty Haviland, son contemporain. De retour à New York, en 1913, il participa à l'organisation de l'Armory Show et donna des cours de sculpture à l'école des Beaux-Arts avec succès. En 1919, l'année de son mariage avec Yvonne de Kerstrat, il réalisa une série de bustes de participants à la Conférence de la Paix tenue à Paris. L'effet fut immédiat sur sa carrière qui devint internationale et quasi officielle. Il exécuta les portraits de la plupart des personnalités de son époque adaptant sa technique à chaque modèle: la fine pierre de Bourgogne pour les portraits de femme et celui de Gandhi, le bronze vibrant pour les hommes politiques, la terre cuite polychrome pour ses oeuvres spontanées. Devant lui défilèrent des personnalités aussi variées que le président Hoover ou Mussolini, des auteurs comme George Bernard Shaw, André Gide, Anatole France, son mécène Gertrude Vanderbilt Whitney ou encore Charles Chaplin. Après des années de pérégrination, il s'établit en 1925 en France, à Saché ou il acquiert le Domaine de Bécheron qui devient sa résidence principale, l'atelier où il réalisa l'essentiel de son oeuvre.MAS - 30 décembre 2009

New York, New York, 1883 - Saché, Indre-et-Loire, France, 1951

Buste d'Edward Tuck, banquier et philanthrope
Bust of Edward Tuck, banker and philanthropist

MNB 94.56

Buste bronze

Blérancourt, Musée franco-américain du château de Blérancourt

Sculpture

De 1865 à 1900


Historique

Don de la National Portrait Gallery, Londres, 1994.