Psyché ranimée par le baiser de l’Amour à la loupe

Psyché ranimée par le baiser de l’Amour

Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Marbre - H : 1,55 m ; L : 1,68 m ; P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre
© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
 

Analyse

Qui sont ces personnages ?

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Ce jeune homme ailé qui vient de se poser sur un rocher où git sans connaissance une jeune fille, c’est le dieu Amour – ou Cupidon en latin – reconnaissable à ses ailes et à son carquois rempli de flèches. La jeune fille se nomme Psyché. Vénus, déesse de la Beauté et mère de l’Amour, exigea qu’elle rapportât des Enfers un flacon lui interdisant rigoureusement de l’ouvrir.

Mais la curieuse ne put s’en empêcher : ayant respiré les effluves infernaux, elle tomba aussitôt dans un profond sommeil proche de la mort. La voyant étendue sans vie, Amour accourut à tire-d’aile ; du bout de sa flèche il la toucha légèrement, afin de s’assurer qu’elle n’était pas morte. C’est l’instant saisi par le sculpteur : Amour enlace tendrement Psyché, la redresse, et rapproche son visage de celui de sa bien-aimée. Psyché se laisse doucement aller vers l’arrière, et d’un geste alangui saisit la nuque de son amoureux.

Canova s’inspire d’une légende rapportée par l’auteur latin Apulée dans ses Métamorphoses qui nous dit que les dieux tinrent conseil pour accorder au dieu Amour la main de Psyché, donnant ainsi à la jeune fille l’immortalité et le statut de déesse de l’Âme.
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de côté)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de côté)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2003 Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de dos)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de dos)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de dos - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de dos - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2003 Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2003 Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de côté - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de côté - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2003 Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2003 Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Haut

L’histoire de Psyché

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Il était une fois un roi et une reine qui avaient trois très belles filles. La plus jeune, et aussi la plus belle, Psyché, était vénérée à l’égal d’une déesse par les habitants alentour. Vénus, déesse de la Beauté, jalouse et furieuse d’un tel blasphème, ordonna à Amour, son fils, de la venger en rendant Psyché amoureuse du plus vil des êtres humains. Mais Amour, voyant la belle mortelle, en tomba éperdument amoureux.

Le père de Psyché, quant à lui, désolé de voir sa fille toujours célibataire malgré sa beauté, consulta l’oracle de Milet. Celui-ci lui prédit de terribles calamités si la jeune fille n’était pas aussitôt abandonnée sur un rocher, où un monstre viendrait s’emparer d’elle.

Seule et tremblante sur son rocher, Psyché sentit soudain la caresse d’une brise légère qui annonçait Zéphyr, le doux vent d’ouest. Il l’emporta jusqu’à un palais tout de marbre, recouvert de pierres précieuses, où elle résiderait désormais.

Chaque nuit, un mystérieux visiteur pénétrait dans la chambre de la belle Psyché et s’unissait à elle. Mais il lui interdisait de chercher à voir son visage.

Une nuit, Psyché, curieuse de connaître enfin le visage de son amant, l’éclaira à la lueur de sa lampe à huile : elle découvrit alors qu’il n’était autre que le dieu Amour. Mais une goutte d’huile brûlante le réveilla en sursaut. Il s’enfuit, déçu par cette trahison.

Psyché, désespérée, partit à la recherche de son amour perdu. Vénus lui infligea alors de terribles épreuves, qui la conduisirent des Enfers à l’Olympe. Lors de la dernière épreuve, Vénus envoya Psyché auprès de Proserpine, la déesse des Enfers, pour chercher un flacon qu’elle ne devait en aucun cas ouvrir. Mais la curiosité l’emportant sur l’interdiction, Psyché ouvrit le flacon. En respirant les vapeurs infernales, elle tomba dans un sommeil mortel. Amour la réveillera en la touchant de sa flèche. Devant tant de constance, les dieux accordèrent enfin à Amour la main de Psyché. Ils donnèrent à la jeune fille le nectar et l’ambroisie, qui la rendirent immortelle. Ils la consacrèrent alors déesse de l’Âme.

Depuis l’Antiquité, Psyché est représentée avec des ailes de papillon : ce qui évoque le double sens de Psukhê, qui signifie en grec à la fois l’âme et le papillon. Le papillon devient ainsi symbole de l’immortalité de l’âme. L’histoire de Psyché symbolise les épreuves que l’âme doit franchir pour atteindre le bonheur et l’immortalité.
Pierre PENICAUD, attribué à<br/>Assiette : Le Peuple rend les honneurs divins à Psyché<br/>Émail peint sur cuivre<br/>R 309<br/>Paris, Musée du Louvre
Pierre PENICAUD, attribué à
Assiette : Le Peuple rend les honneurs divins à Psyché
Émail peint sur cuivre
R 309
Paris, Musée du Louvre

© 2008 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola
Antoine-Denis CHAUDET<br/>(1763 -1810)<br/><i>L'Amour</i><br/>Marbre<br/>LL 56<br/>Paris, musée du Louvre
Antoine-Denis CHAUDET
(1763 -1810)
L'Amour
Marbre
LL 56
Paris, musée du Louvre

© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
Tenture de l'histoire de<br/>Psyché : Les parents de Psyché consultant l'oracle d'Apollon<br/>Papier peint panoramique<br/>inv. BAD 5295 (HH 2.01)
Tenture de l'histoire de
Psyché : Les parents de Psyché consultant l'oracle d'Apollon
Papier peint panoramique
inv. BAD 5295 (HH 2.01)

© Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Laurent Sully Jaulmes
Henri-Joseph RUTXHIEL<br/>(1775 - 1837)<br/><i>Zéphyr enlevant Psyché</i><br/>Marbre<br/>LL 0007<br/>Paris, musée du Louvre
Henri-Joseph RUTXHIEL
(1775 - 1837)
Zéphyr enlevant Psyché
Marbre
LL 0007
Paris, musée du Louvre

© RMN / Jean Schormans
Henri-Joseph RUTXHIEL<br/>(1775 - 1837)<br/><i>Zéphyr enlevant Psyché</i><br/>Marbre<br/>LL 0007<br/>Paris, musée du Louvre
Henri-Joseph RUTXHIEL
(1775 - 1837)
Zéphyr enlevant Psyché
Marbre
LL 0007
Paris, musée du Louvre

© RMN / Jean Schormans
François GÉRARD<br/>(Rome, 1770 - Paris, 1837)<br/><i>Psyché et l'Amour</i> (1798)<br/>Huile sur toile<br/>H. : 1,86 m. ; L. : 1,32 m.<br/>INV. 4739<br/>Paris, musée du Louvre
François GÉRARD
(Rome, 1770 - Paris, 1837)
Psyché et l'Amour (1798)
Huile sur toile
H. : 1,86 m. ; L. : 1,32 m.
INV. 4739
Paris, musée du Louvre

© RMN / Gérard Blot
François-Nicolas DELAISTRE (1746 - 1836)<br/><i>L'Amour et Psyché</i><br/>Marbre<br/>N 15515<br/>Paris, musée du Louvre
François-Nicolas DELAISTRE (1746 - 1836)
L'Amour et Psyché
Marbre
N 15515
Paris, musée du Louvre

© 2004 / Musée du Louvre / Pierre Philibert
François Dominique Aimé MILHOMME (1758-1823)<br/><i>Psyché</i><br/>Marbre<br/>MR 2059, C341C<br/>Compiègne, Château
François Dominique Aimé MILHOMME (1758-1823)
Psyché
Marbre
MR 2059, C341C
Compiègne, Château

© RMN / Franck Raux
Bertel THORVALDSEN<br/>(1770-1844)<br/><i>Psyché tenant le vase à onguents pour Vénus</i><br/>Marbre<br/>A821<br/>Copenhague, Thorvaldsens museum
Bertel THORVALDSEN
(1770-1844)
Psyché tenant le vase à onguents pour Vénus
Marbre
A821
Copenhague, Thorvaldsens museum

© Thorvaldsens museum / Pernille Klemp / Ole Woldbye
Bertel THORVALDSEN<br/>(1770-1844)<br/><i>Amour s’apprêtant à piquer Psyché de sa flèche</i><br/>Marbre<br/>A430<br/>Copenhague, Thorvaldsens museum
Bertel THORVALDSEN
(1770-1844)
Amour s’apprêtant à piquer Psyché de sa flèche
Marbre
A430
Copenhague, Thorvaldsens museum

© Thorvaldsens museum / Pernille Klemp / Ole Woldbye
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Amour et Psyché debout</i><br/>Marbre<br/>MR 1776<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Amour et Psyché debout
Marbre
MR 1776
Paris, musée du Louvre

© 2004 / Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Amour et Psyché debout</i><br/>Marbre<br/>MR 1776<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Amour et Psyché debout
Marbre
MR 1776
Paris, musée du Louvre

© 2004 / Musée du Louvre / Pierre Philibert
<i>Amour et Psyché</i><br/>Marbre antique<br/>0106693<br/>Florence, Musée des Offices
Amour et Psyché
Marbre antique
0106693
Florence, Musée des Offices

© 2010. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de côté)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de côté)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Haut

Une composition complexe

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Canova semble avoir fait de nombreuses recherches avant d’élaborer cette très savante composition, dont l’origine est une peinture romaine découverte à Herculanum, que le sculpteur visite lors de son séjour à Naples, en 1787. Canova copie précisément la position accroupie de l’homme, de même que la pose allongée de la femme, et le geste de ses bras. Puis il modèle de nombreuses figures en terre, d’où se dégage peu à peu l’enlacement des corps. Dans ses esquisses, dessins ou modelages où figurent des couples d’amoureux, on ressent autant l’embrassement que la lutte, qui évoque peut-être aussi l’épisode où Amour, touché par la goutte d’huile brûlante, se retire brusquement des bras de Psyché.

Canova réalise aussi de nombreuses études sur la position des bras s’apprêtant à se refermer dans un geste circulaire. Sur ce grand modèle en plâtre de Vénus couronnant Adonis, le jeu des bras et l’échange des regards annoncent déjà notre œuvre. Sur les modelages en terre on retrouve la composition de notre groupe : sur un rocher, deux corps sont enlacés. Mais dans l’œuvre finale la jambe fléchie de l’Amour et ses ailes redressées, comme le torse soulevé de Psyché, donnent une élévation nouvelle à la composition.

La position des jambes de Psyché et d’Amour délimite un volume pyramidal, qui assoit solidement la composition sur le rocher. Canova réussit à conjuguer à la fois une réelle stabilité et une rotation complexe et dynamique. Il fait tournoyer sa composition : depuis le pied droit d’Amour, le mouvement suit l’enlacement des bras qui soulèvent Psyché, affirmant ainsi son retour à la vie.

La verticalité des ailes accentue le mouvement d’ascension. Ce n’est pas le cas sur le modèle en plâtre revu par Adamo Tadolini, où les ailes, plus petites et relativement horizontales, diminuent l’effet de spirale ascensionnelle. La charge émotionnelle et sensuelle est accentuée par l’écart entre les visages des amants. Le temps semble suspendu avant l’embrasement : l’embrassement final.
Raffaello MORGHEN<br/>(1758-1833)<br/><i>Un faune et une bacchante</i>, d'après "Pitture Antiche d’Ercolano"<br/>Gravure d’après Pitture Antiche d’Ercolano, Naples, 1757, vol I, pl.XV<br/>Paris, BNF
Raffaello MORGHEN
(1758-1833)
Un faune et une bacchante, d'après "Pitture Antiche d’Ercolano"
Gravure d’après Pitture Antiche d’Ercolano, Naples, 1757, vol I, pl.XV
Paris, BNF

© BnF
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Satyre et Bacchante</i><br/>Mine de plomb<br/>Bassano del Grappa, Museo civico
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Satyre et Bacchante
Mine de plomb
Bassano del Grappa, Museo civico

© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>La mort d’Adonis</i><br/>Terre cuite<br/>Inv 93<br/>Possagno, Gipsoteca canoviana"
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
La mort d’Adonis
Terre cuite
Inv 93
Possagno, Gipsoteca canoviana"

© Museo Gipsoteca Antonio Canova, Possagno, Treviso (Italy)
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Vénus pleurant Adonis mort</i><br/>Esquisse, terre cuite<br/>Inv 22<br/>Possagno, Gipsoteca canoviana
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Vénus pleurant Adonis mort
Esquisse, terre cuite
Inv 22
Possagno, Gipsoteca canoviana

© Museo Gipsoteca Antonio Canova, Possagno, Treviso (Italy)
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Deux corps entrelacés pour Hylas et une nymphe ?</i><br/>Sanguine sur papier<br/>Eb 105.1116<br/>Bassano del Grappa, Museo civico<br/>
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Deux corps entrelacés pour Hylas et une nymphe ?
Sanguine sur papier
Eb 105.1116
Bassano del Grappa, Museo civico


© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Lutte pour Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Esquisse, terre cuite<br/>inv 342<br/>Venise, Musée Correr
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Lutte pour Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Esquisse, terre cuite
inv 342
Venise, Musée Correr

© Fondazione Musei Civici Venezia
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Mine de plomb<br/>Eb 29.1040 recto<br/>Bassano del Grappa, Museo civico"
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Mine de plomb
Eb 29.1040 recto
Bassano del Grappa, Museo civico"

© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Etude pour Agamemnon ; détail en bas de la feuille : Vénus couronnant Adonis ? ou Centaure et centauresse ?</i><br/>Pierre noire sur papier<br/>Eb 29.1040 verso<br/>Bassano del Grappa, Museo civico
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Etude pour Agamemnon ; détail en bas de la feuille : Vénus couronnant Adonis ? ou Centaure et centauresse ?
Pierre noire sur papier
Eb 29.1040 verso
Bassano del Grappa, Museo civico

© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Vénus couronnant Adonis</i><br/>Modèle en plâtre<br/>Possagno, Gipsoteca canoviana
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Vénus couronnant Adonis
Modèle en plâtre
Possagno, Gipsoteca canoviana

© Museo Gipsoteca Antonio Canova, Possagno, Treviso (Italy)
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Lutte pour psyché ranimée par le baiser</i><br/>Esquisse, terre cuite<br/>Inv 11<br/>Possagno, Gipsoteca canoviana
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Lutte pour psyché ranimée par le baiser
Esquisse, terre cuite
Inv 11
Possagno, Gipsoteca canoviana

© Museo Gipsoteca Antonio Canova, Possagno, Treviso (Italy)
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de dos)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de dos)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Modèle en plâtre<br/>05.46<br/>New York, The Metropolitan Museum of Art
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Modèle en plâtre
05.46
New York, The Metropolitan Museum of Art

© The MET, Dist. RMN / image of the MMA
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Haut

Quand le marbre devient chair

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Si les œuvres de Canova donnent une telle impression de vie, cela est dû au travail particulièrement subtil et diversifié sur la surface du marbre. On appréciera ici les traces de gradine volontairement laissées sur la surface du rocher, les différences de grain entre le drapé du tapis posé au sol et la légère mousseline qui enserre les hanches de Psyché. Le lissé des chairs est obtenu au moyen de râpes de plus en plus fines : ici, sur le visage d’Amour, on en distingue très bien les traces. L’artiste se faisait fabriquer des outils recourbés pour atteindre les endroits les plus difficilement accessibles de ses sculptures.

Le vase est un élément traité à part : son poli particulier vient de ce qu’il a dû être tourné avec des poudres à polir, puis lustré, sans doute aussi passé à la cire pour lui donner l’aspect d’un métal précieux. Sculptées à part également, et finement gravées, les ailes d’Amour sont insérées dans son dos avec beaucoup de précision. Des traces de léger duvet ont pour fonction de dissimuler au mieux le raccord des ailes sur le dos. Les ailes ont une épaisseur et une matérialité incroyable, mais au soleil, à contre-jour, elles sont translucides, et d’une magnifique teinte dorée.

Cette œuvre dans tous ses détails est la démonstration brillante de la virtuosité de Canova sculpteur sur marbre.
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Gradine
Gradine

© Inventaire Général des Monuments et des Richesses artistiques de la France. La Sculpture. Méthode et Vocabulaire. Secrétariat Général / Bernard Emmanuelli / Atelier R.Delamarre. P 196.
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2004 / Musée du Louvre / Pierre Philibert
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de dos - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de dos - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de dos - détail)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de dos - détail)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de côté)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de côté)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Haut

Une œuvre copiée et imitée

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Même si certains critiques l’ont trouvée trop « baroque », trop maniérée, trop complexe, cette œuvre a connu un succès immédiat. Elle est conçue pour être regardée sous plusieurs angles : c’est pourquoi on pouvait la faire tourner grâce à son socle mobile, en s’aidant de la poignée, à droite.

Très vite les amateurs demandent à Canova des répétitions, éventuellement modifiées : notamment pour la commande du prince Youssoupov, qui souhaite une Psyché plus pudique : la draperie de mousseline lui recouvrira entièrement les jambes. Ce marbre se trouve aujourd’hui au musée de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg. Canova offrit par la suite le modèle en plâtre à son élève préféré et héritier spirituel Adamo Tadolini, qui le modifia légèrement.

C’est Tadolini qui réalisera par la suite les différentes répétitions de l’œuvre, au moins cinq, dont celle de la villa Carlotta.
De ce second modèle dérivent toutes les copies ou réductions d’époque. L’enlacement des amoureux est partout reproduit, même sur une tabatière. Sur le modèle diffusé par Tadolini, Psyché est munie de petites ailes de papillon ; quant à Amour, ses ailes sont moins grandes, placées davantage à l’horizontale.

Tous les artistes à Rome connaissent l’atelier de Canova ; et beaucoup illustreront le même thème. Le sculpteur John Deare, notamment, sculpta un haut-relief, dont voici le dessin préparatoire. Quant à Jean-Pierre Saint-Ours, il choisit de représenter Psyché transportée par Amour.

Sur ce tableau longtemps attribué à Canova lui-même, Gaspare Landi préfère placer les personnages au sein d’un paysage classique. Le peintre français Bénigne Gagneraux représente Amour s’assurant que Psyché est toujours en vie, tout en conservant la composition pyramidale.

Au XIXe siècle, la popularité de ce groupe est toujours aussi grande. Auguste Rodin dessine cet enlacement gravé en 1886 par Félix Bracquemond, puis sculpte un autre Amour et Psyché, rebaptisé par la suite L’Éternel printemps, ce qui n’est pas sans évoquer la calme innocence de l’œuvre de Canova.

Au XXe siècle on se souvient encore de cet embrassement tournoyant et enivrant des deux amoureux : ici l’Écossais Calum Colvin choisit de resserrer la composition sur les torses et les visages. La même fascination s’empare plus tard des photographes : Alejandra Figueroa sélectionne un détail de l’œuvre, de façon à rendre pratiquement réelle la chair de Psyché.
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Hugh Douglas HAMILTON (1736 - 1808)<br/><i>Antonio Canova dans son atelier</i><br/>Pastel<br/>E.406-1998<br/>Londres, Victoria &amp; Albert museum
Hugh Douglas HAMILTON (1736 - 1808)
Antonio Canova dans son atelier
Pastel
E.406-1998
Londres, Victoria & Albert museum

© V & A Images/Victoria and Albert Museum, London
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Amour et Psyché</i><br/>Marbre<br/>Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Amour et Psyché
Marbre
Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage

© The State Hermitage Museum, St. Petersburg
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Modèle en plâtre<br/>05.46<br/>New York, The Metropolitan Museum of Art
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Modèle en plâtre
05.46
New York, The Metropolitan Museum of Art

© The MET, Dist. RMN / image of the MMA
Adamo TADOLINI<br/>(1788-1868)<br/><i>Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Marbre<br/>Tremezzo, Villa Carlotta
Adamo TADOLINI
(1788-1868)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Marbre
Tremezzo, Villa Carlotta

© Fototeca Villa Carlotta
Tabatière avec Amour et Psyché<br/>Or, émail verre cire, 1799.<br/>Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage
Tabatière avec Amour et Psyché
Or, émail verre cire, 1799.
Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage

© The State Hermitage Museum, St. Petersburg
John DEARE (1759-1798)<br/><i>Psyché embrassant l’Amour</i><br/>Dessin<br/>Collection particulière
John DEARE (1759-1798)
Psyché embrassant l’Amour
Dessin
Collection particulière

© The Sculpture Journal, Volume IV 2000. Cupid and Psyche, 1787. Private collection, p.115
Jean-Pierre SAINT-OURS<br/>(Genève, 1752 - 1809)<br/><i>Cupidon et Psyché</i><br/>Huile sur bois<br/>M.2000.179.30<br/>Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art
Jean-Pierre SAINT-OURS
(Genève, 1752 - 1809)
Cupidon et Psyché
Huile sur bois
M.2000.179.30
Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art

© 2010. Digital Image Museum. Associates/LACMA/Art Resource NY/Scala, Florence
Gaspare LANDI (1756 - 1830)<br/><i>Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Huile sur toile<br/>Venise, Musée Correr
Gaspare LANDI (1756 - 1830)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Huile sur toile
Venise, Musée Correr

© Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Mauro Magliani
Bénigne GAGNERAUX<br/>(1756 - 1795)<br/><i>Psyché réveillée par l’Amour</i><br/>Huile sur toile<br/>Rome, Palais Altieri, Associazione Bancaria Italiana
Bénigne GAGNERAUX
(1756 - 1795)
Psyché réveillée par l’Amour
Huile sur toile
Rome, Palais Altieri, Associazione Bancaria Italiana

© akg-images / Pirozzi
Félix BRACQUEMOND<br/>(1833 - 1914)<br/>Aristophane, le groupe des idylles<br/>Gravure d’après un dessin d’Auguste Rodin<br/>Paris, BNF
Félix BRACQUEMOND
(1833 - 1914)
Aristophane, le groupe des idylles
Gravure d’après un dessin d’Auguste Rodin
Paris, BNF

© BnF
Auguste RODIN (1840 - 1917)<br/><i>L’éternel printemps</i><br/>Bronze<br/>Paris, Musée Rodin
Auguste RODIN (1840 - 1917)
L’éternel printemps
Bronze
Paris, Musée Rodin

© Adam Rzepka / Musée Rodin, Paris
Calum COLVIN (1936)<br/>Amour et psyché <br/>Photographie retravaillée<br/>E43-33-2 (317-000030)
Calum COLVIN (1936)
Amour et psyché
Photographie retravaillée
E43-33-2 (317-000030)

© Calum Colvin
Alejandra FIGUEROA<br/><i>Sans titre</i><br/>Photographie<br/>Photo de la série "Pierres vivantes", sculptures du Louvre (Canova, Psyché)
Alejandra FIGUEROA
Sans titre
Photographie
Photo de la série "Pierres vivantes", sculptures du Louvre (Canova, Psyché)

© Alexandra Figueroa
Haut

Contexte

Les premiers pas vers la célébrité

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Canova est né en 1757 à Possagno, petite ville du nord-est de l’Italie. C’est à Venise qu’il apprend l’art du dessin, de la peinture et de la sculpture. Puis il installe son atelier à Rome. En 1787, date à laquelle notre groupe lui est commandé, il a déjà achevé nombre d’œuvres : sur le dessin de l’atelier de Canova par Francesco Chiarottini on voit, au fond à gauche, Dédale et Icare, groupe créé de 1777 à 1779, alors que Canova travaille encore à Venise. Le groupe porte la marque de la dramatique baroque et du pittoresque vénitien. Thésée et le Minotaure, exécuté de 1781 à 1783, est le premier groupe où Canova développe ce style sobre, inspiré des modèles antiques découverts à Rome, et souvent dessinés par les artistes, comme l’Apollon du Belvédère. La frontalité et la stabilité de Thésée et le Minotaure sont admirées. Le buste de Thésée semble d’ailleurs inspiré du célèbre Torse du Belvédère, antique conservé au Vatican.

En 1787, Canova réalise le tombeau de Clément XIV à Rome, il révolutionne l’art sculptural avec ses figures aux formes épurées et avec l’importance qu’il donne à la ligne et à son dessin dans l’espace. Voici le modèle en plâtre de la Tempérance, penchée sur le sarcophage au-dessus duquel se dressera la figure du Pape bénissant, placée ici à droite. Canova a également illustré le thème d’Amour et Psyché en les représentant debout, très jeunes et jouant avec un papillon. La composition de ce groupe est proche d’un modèle créé dans l’Antiquité où l’on représentait aussi Amour et Psyché sous les traits de deux enfants debout et enlacés.

Pour répondre aux nombreuses et prestigieuses commandes, comme celle du tombeau du pape Clément XIII pour l’église Saint-Pierre de Rome, Canova doit réorganiser son atelier, qui devient une véritable ruche où travaillent sous l’œil du maître des assistants sculpteurs comme Tadolini.
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Autoportrait</i><br/>Huile sur toile<br/>0091527<br/>Florence, Musée des Offices
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Autoportrait
Huile sur toile
0091527
Florence, Musée des Offices

© 2010. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali
Francesco CHIAROTTINI (1748-1796)<br/><i>L’atelier de Canova via san Giacomo à Rome</i><br/>Dessin<br/>Udine, Civici Musei e Gallerie di Storia e Arte di Udine
Francesco CHIAROTTINI (1748-1796)
L’atelier de Canova via san Giacomo à Rome
Dessin
Udine, Civici Musei e Gallerie di Storia e Arte di Udine

© Civici Musei di Udine
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Dédale et Icare</i><br/>Venise, Musée Correr
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Dédale et Icare
Venise, Musée Correr

© Fondazione Musei Civici Venezia
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Thésée et le Minotaure</i><br/>Marbre<br/>A.5.1962<br/>Londres, Victoria &amp; Albert museum
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Thésée et le Minotaure
Marbre
A.5.1962
Londres, Victoria & Albert museum

© V&A Images/Victoria and Albert Museum, London
Giovanni VOLPATO (1735-1803) et<br/>Raffaello MORGHEN (1758-1833)<br/><i>L’Apollon du Vatican dit aussi du Belvedère</i><br/>Gravure annotée par Canova à la plume et à la sanguine<br/>Bassano del Grappa, Museo civico
Giovanni VOLPATO (1735-1803) et
Raffaello MORGHEN (1758-1833)
L’Apollon du Vatican dit aussi du Belvedère
Gravure annotée par Canova à la plume et à la sanguine
Bassano del Grappa, Museo civico

© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Torse du Belvédère</i><br/>Inv.1192<br/>Rome, Museo Pio-Clementino
Torse du Belvédère
Inv.1192
Rome, Museo Pio-Clementino

© akg-images
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Le tombeau du pape Clément XIV</i><br/>Marbre<br/>Rome, Basilique des Saints-Apôtres
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Le tombeau du pape Clément XIV
Marbre
Rome, Basilique des Saints-Apôtres

© Giovanni Rinaldi
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Amour et Psyché debout</i><br/>Marbre<br/>MR 1776<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Amour et Psyché debout
Marbre
MR 1776
Paris, musée du Louvre

© 2004 / Musée du Louvre / Pierre Philibert
<i>Amour et Psyché</i><br/>Marbre antique<br/>0106693<br/>Florence, Musée des Offices
Amour et Psyché
Marbre antique
0106693
Florence, Musée des Offices

© 2010. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/>Le tombeau du pape<br/>Clément XIII<br/>Marbre<br/>Rome, Basilique Saint Pierre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Le tombeau du pape
Clément XIII
Marbre
Rome, Basilique Saint Pierre

© 2010, Photo Scala, Florence
Haut

De la terre au marbre

cliquez sur la flèche pour démarrer la lecture
Après avoir réalisé divers dessins et modelages de petites dimensions, Canova fait le choix définitif de la composition. Il réalise alors un modèle en terre à l’échelle exacte, autour d’armatures de bois. Contrairement aux habitudes des ateliers de sculpture de l’époque, Canova travaille uniquement sur des modèles « à grandeur d’exécution », c’est-à-dire de la taille de l’œuvre finale.

Il faut recouvrir le modèle en terre d’un linge constamment humide pour éviter qu’il ne se désagrège. Puis, sans tarder, on réalise un moulage en plâtre à partir de ce modèle en terre qui est généralement détruit lors du démoulage. On obtient alors un plâtre dans les dimensions définitives. Ce travail en « grandeur d’exécution », que met au point Canova, facilite la réalisation de l’œuvre finale, puisque les dimensions sont les mêmes. En effet, le délicat travail d’agrandissement d’un modèle réduit à la taille finale est ainsi évité. Cela lui permet de confier une plus grande partie du travail de transcription en marbre à des praticiens.

Ensuite, le praticien marbrier prend les mesures précises à reporter sur le bloc de marbre. Il utilise pour cela deux cadres gradués placés au-dessus du plâtre et de la future sculpture, plusieurs fils à plomb, et des compas de grande taille.

Au fond de l’atelier de Canova, dessiné par Francesco Chiarottini, voici, appuyée sur un sarcophage la Tempérance en plâtre, et, devant, le marbre original soutenu par un étai. À droite, chacun sous leur cadre gradué, on voit le modèle en plâtre du pape bénissant, et, devant, l’original en marbre auquel manque une main, que l’on retrouve, sculptée à part, posée sur un tabouret, et qui sera ensuite rapportée dans la manche. Le modèle en terre qui a servi au moulage de plâtre a dû comporter de nombreuses et complexes armatures. On remarquera sur ce modèle en plâtre qui a servi aux nombreuses copies faites par Tadolini qu’il est recouvert d’une multitude de clous placés au sommet des courbes, avec entre deux clous une constellation de petites croix pour permettre la parfaite précision des mesures au compas.

Si le travail d’atelier revêt un caractère collectif, c’est bien Canova lui-même qui dessine, compose le modèle et taille en majeure partie le marbre, jusqu’à sa finition ; le choix des différents aspects de la matière lui appartient : il signe des chefs-d’œuvre où le marbre a la chaleur de la vie.
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Etude pour Agamemnon ; détail en bas de la feuille : Vénus couronnant Adonis ? ou Centaure et centauresse ?</i><br/>Pierre noire sur papier<br/>Eb 29.1040 verso<br/>Bassano del Grappa, Museo civico
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Etude pour Agamemnon ; détail en bas de la feuille : Vénus couronnant Adonis ? ou Centaure et centauresse ?
Pierre noire sur papier
Eb 29.1040 verso
Bassano del Grappa, Museo civico

© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Deux corps entrelacés pour Hylas et une nymphe ?</i><br/>Sanguine sur papier<br/>Eb 105.1116<br/>Bassano del Grappa, Museo civico<br/>
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Deux corps entrelacés pour Hylas et une nymphe ?
Sanguine sur papier
Eb 105.1116
Bassano del Grappa, Museo civico


© Museum, Library and Archive of Bassano del Grappa, Italy
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Vénus pleurant Adonis mort</i><br/>Esquisse, terre cuite<br/>Inv 22<br/>Possagno, Gipsoteca canoviana
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Vénus pleurant Adonis mort
Esquisse, terre cuite
Inv 22
Possagno, Gipsoteca canoviana

© Museo Gipsoteca Antonio Canova, Possagno, Treviso (Italy)
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Lutte pour psyché ranimée par le baiser</i><br/>Esquisse, terre cuite<br/>Inv 11<br/>Possagno, Gipsoteca canoviana
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Lutte pour psyché ranimée par le baiser
Esquisse, terre cuite
Inv 11
Possagno, Gipsoteca canoviana

© Museo Gipsoteca Antonio Canova, Possagno, Treviso (Italy)
Schéma des armatures en bois d'un modèle en plâtre du Persée de Canova
Schéma des armatures en bois d'un modèle en plâtre du Persée de Canova

© DR
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Persée avec la tête de Méduse</i> (1804-1806)<br/>Marbre - H. : 2,34 m.<br/>Inv. 67.110.1<br/>New York, The Metropolitan Museum of Art
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Persée avec la tête de Méduse (1804-1806)
Marbre - H. : 2,34 m.
Inv. 67.110.1
New York, The Metropolitan Museum of Art

© The MET, Dist. RMN / image of the MMA
Fabrication d'un moule en plâtre<br/>Illustration tirée de Francesco Carradori, <i>Istruzione elementare per gli studiosi della scultura</i><br/>Florence, 1802, pl. VI
Fabrication d'un moule en plâtre
Illustration tirée de Francesco Carradori, Istruzione elementare per gli studiosi della scultura
Florence, 1802, pl. VI

© BnF
Méthode pour copier un modèle en marbre<br/>Illustration tirée de Francesco Carradori, <i>Istruzione elementare per gli studiosi della scultura</i><br/>Florence, 1802, pl. VI
Méthode pour copier un modèle en marbre
Illustration tirée de Francesco Carradori, Istruzione elementare per gli studiosi della scultura
Florence, 1802, pl. VI

© BnF
Francesco CHIAROTTINI (1748-1796)<br/><i>L’atelier de Canova via san Giacomo à Rome</i><br/>Dessin<br/>Udine, Civici Musei e Gallerie di Storia e Arte di Udine
Francesco CHIAROTTINI (1748-1796)
L’atelier de Canova via san Giacomo à Rome
Dessin
Udine, Civici Musei e Gallerie di Storia e Arte di Udine

© Civici Musei di Udine
Antonio CANOVA (1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par le baiser de l’Amour</i><br/>Modèle en plâtre<br/>05.46<br/>New York, The Metropolitan Museum of Art
Antonio CANOVA (1757 - 1822)
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour
Modèle en plâtre
05.46
New York, The Metropolitan Museum of Art

© The MET, Dist. RMN / image of the MMA
Antonio CANOVA<br/>(1757 - 1822)<br/><i>Psyché ranimée par<br/>le baiser de l’Amour</i> (vue de face)<br/>Marbre<br/>H : 1,55 m ;<br/>L : 1,68 m ;<br/>P : 1,01 m<br/>MR 1777<br/>Paris, musée du Louvre
Antonio CANOVA
(1757 - 1822)
Psyché ranimée par
le baiser de l’Amour
(vue de face)
Marbre
H : 1,55 m ;
L : 1,68 m ;
P : 1,01 m
MR 1777
Paris, musée du Louvre

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
Haut